Discutons pouvoir d’achat

Vous êtes actuellement en cabinet de conseil ou salarié ? Vous vous demandez si il ne serait pas intéressant de tenter l’aventure entrepreneuriale et devenir consultant freelance ? J’en ai moi-même fait l’expérience et souhaite vous la partager dans cet article.

Ce que gagne un consultant senior en cabinet

Prenons le salaire brut moyen d’un consultant senior / manager (4 à 6 ans d’expérience) dans un cabinet type Big 4 sur Paris, disons 65 k€/an.

Je ne vais rien vous apprendre, une fois les charges sociales et l’impôt sur le revenu, il reste environ 3 400€/mois net dans votre poche.

Avec cet argent, il vous reste à payer :

  • Loyer (ou crédit immobilier)
  • Véhicule (ou abonnement de transport en communs)
  • Assurances (véhicule, habitation, etc.)
  • La part salarié de votre mutuelle santé / prévoyance
  • Les frais d’énergie
  • Téléphonie / internet / netflix / etc.
  • Restaurants / sorties
  • Alimentation
  • Voyages
  • etc.

Bref, je ne sais pas vous mais de mon coté quand j’épargnais 1000€/mois, c’était le bout du monde !

Ce que gagne un consultant freelance

A la différence d’un salarié (salaire brut, charges sociales, impôts, salaire net) le consultant freelance est un chef d’entreprise (chiffre d’affaire, coûts). Commençons par son chiffre d’affaire.

Le chiffre d’affaire d’un consultant freelance

A votre avis, à quel taux journalier pouvez-vous prétendre en tant que consultant freelance ?

Pour ma part, je me suis lancé après 3 ans en cabinet de conseil Parisien et un diplôme d’ingénieur en poche. Avant même la fin de mon contrat en CDI, j’ai commencé à postuler sur différentes missions et j’ai très rapidement compris que la loi offre vs. demande était déséquilibrée et penchait en ma faveur. En effet, j’ai reçu une proposition de mission longue (>12 mois) pour un grand groupe bancaire à un taux journalier de 520€ HT/jour (soit environ 10 400 € HT/mois) quelques jours seulement après avoir démarré ma recherche.

Avec du recul aujourd’hui, je peux vous garantir qu’un tel taux journalier est tout à fait à la portée d’un profil avec un diplôme d’une bonne école et une expérience de quelques années (2 à 3 ans) dans un cabinet de conseil.

Je m’éloigne du sujet mais sachez que en passant par MyIndep, en fonction de votre profil, de la mission et du client, vous pourrez accéder à des taux journalier allant de 500€ à 800€.

Pour notre étude, prenons un taux journalier de 600€.

Partons du principe que vous allez travailler 19 jours par mois en moyenne, soit 2 à 3 jours de congés par mois (équivalent aux congés d’un salarié). Cela nous amène à un CA de 11 400€ HT/mois.

Les coûts d’un consultant freelance

A cette étape, j’entends beaucoup de personnes dire : « Ok ça parait intéressant mais c’est du chiffre d’affaire et quand tu as une entreprise tu as de nombreuses charges qui viennent s’ajouter ».

Pour répondre à cette remarque j’ai pour habitude de décrire quelles sont les charges qui s’appliquaient chaque mois sur mon entreprise (une SASU au capital de 500€) :

  • Frais liés au siège social (50% lieu de vie et 50% lieu de travail) :
    • 50% de mon loyer : 750€
    • idem pour l’energie (EDF, etc.) : 35€
    • idem pour internet : 25€
  • Véhicule professionnel :
    • Leasing scooter : 170€
    • Assurance : 100€
    • Essence : 50€
  • Mutuelle santé/prévoyance : 50€
  • 90% de mon abonnement téléphonique : 45€
  • Restaurants (midi et soir si liés à l’activité) : 500€
  • Frais bancaires : 40€
  • Assurance RC Pro : 50€
  • Frais de comptabilité : 250€

Soit un total de 2 065€ TTC/mois. A savoir que sur ce montant vous récupérez la TVA. Si on applique un taux moyen de 15%, les frais s’élèvent en réalité à 1 755€ HT/mois.

Ce qui nous permet d’aboutir à la soustraction suivante :
CA – Coûts = 11 400 – 1 755 = 9 645€ HT/mois.

Le consultant freelance est un chef d’entreprise

Si je résume la partie précédent, avant impôts il reste 9 645€. Que faire de cette marge ?

Plusieurs solutions :

  • Cas 1 : Je me verse l’intégralité en salaire. Entre charges patronales, charges sociales, il restera environ 50% de cette somme, soit 4 823€ de salaire net imposable à l’impôt sur le revenu.
  • Cas 2 : Je me verse une partie de cette somme. Par exemple le montant du SMIC pour bénéficier des l’exonérations (charges, impôt sur le revenu), soit 1 521€ de salaire net (non imposable) et un reste à investir de 8 124€.

Vous commencez à comprendre là où je veux en venir ?

Le Cas 1 est à mes yeux la solution la moins intéressante. Pourquoi me verser un salaire conséquent alors qu’il me reste pas grand chose à payer !

Ci-dessous ce qu’il reste à payer. Cela ne devrait pas excéder un SMIC :

  • Les restaurants non liés à mon activité
  • Mes voyages
  • 50% de mon loyer.

Revenons donc au Cas 2 ! Pourquoi ne pas profiter d’investir l’équivalent du salaire net après impôts d’un directeur en cabinet en conseil dans quelque chose de bien plus rentable ?

Je pense notamment à des investissement dans l’immobilier, dans d’autres sociétés, dans des salariés, etc.

En conclusion

Nous venons de démontrer qu’avec un même niveau de séniorité, un consultant freelance peut se permettre d’investir chaque mois environ 8000€, soit 8 fois plus qu’un consultant en cabinet, qui lui peut au maximum épargner 1000€ par mois.

Au final, la différence entre un consultant en cabinet de conseil et un consultant indépendant n’est pas une question de salaire ou de taux journalier. D’un coté vous êtes salarié et bénéficiez de la sécurité d’emploi, de l’autre vous êtes chef d’entreprise, d’une petite entreprise certes, mais avec tous les avantages que cela procure. Alors pourquoi pas vous ? Consultez notre article sur toutes les raisons de devenir freelance.

Partagez cet article !